Les massacres commis sous le Kampuchéa Démocratique ne sont pas reconnus comme "génocide"

Imprimer Envoyer

Définition officielle et ses limites

La première définition officielle de "génocide" date de 1948, c'est celle de la "Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide" de l'ONU. Elle sert de référence pour la reconnaissance des massacres en tant que génocide par la "communauté internationale".
Néanmoins, bon nombre d'intellectuels la remettent en question aujourd'hui.

 
Imprimer Envoyer

« Génocide » au Cambodge – Le débat des spécialistes


En moins de cinq ans, entre 1,7 et 2 millions de cambodgiens furent massacrés de sang froid par les Khmers Rouges. Un quart de la population. Pourtant, aux yeux des lois internationales, le cas cambodgien ne constitue pas un génocide parce qu’il ne rentre pas dans la définition de l’ONU. Celle-ci ne reconnaît que les massacres commis envers un groupe national, religieux, ethnique ou racial.
De nombreux experts remettent fortement en cause cette définition, qui commence à vieillir.
En outre, certains spécialistes défendent l’idée qu’il s’agit bien d’un génocide au Cambodge.
Ils rappellent le massacre ciblé de minorités nationales et religieuses.
Mais surtout, à partir d’une étude minutieuse de l’idéologie et des massacres KR, ils estiment que les distinctions créées par les Khmers Rouges étaient d’ordre racial.